• S'informer - Réfléchir - Choisir

    L'Institut de planification des soins a pour mission de vous aider dans votre planification de soins afin de vous permettre de vous informer adéquatement et ainsi mieux réfléchir, pour choisir les soins qui vous conviennent.

    Découvrez nos services

Le colloque portant sur les directives médicales anticipées fut un grand succès!

Plus d’une centaine de personnes y ont assisté et ont adopté des recommandations afin que le Régime des directives médicales anticipées (DMA) soit mieux connu et utilisé. Une pétition a commencé à circuler et notre but est de la présenter à la nouvelle ministre de la Santé, Mme Danielle McCann ainsi qu’à Mme Marguerite Blais, chargée du dossier des aînés. Merci à tous les participants.
Nos conférenciers et conférencières ont livré beaucoup d’information et des statistiques intéressantes notamment sur l’utilisation des DMA tant par la population que par les professionnels de la santé et nous serons en mesure de mettre ces conférences sur notre site et sur YouTube, très bientôt. Merci donc à Me Sabrina Cammisano, avocate chez Boulet, Blaquière, au Dr Alexandre Chouinard, médecin omnipraticien à l’Hôpital Laurentien de Ste-Agathe, à Mme Lucille Juneau, conseillère pour les soins de fin de vie au ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi qu’au Dr Georges L’Espérance, neurochirurgien et président de l’Association québécoise pour le droit de mourir dans la dignité (AQDMD).

 

Commentaires sur la coexistence des DMA et du mandat de protection

La coexistence des DMA et du mandat de protection (autrefois le mandat en prévision de l’inaptitude) en préoccupe plusieurs. Pour ajouter à ce qui a été dit dans un reportage de TVA, en marge du colloque et pour plus de précision, il faut mentionner qu’il n’en demeure pas moins, que malgré la convivialité, la gratuité et le caractère contraignant du Régime des DMA, que le mandat de protection garde toute son actualité et sa pertinence, tout d’abord au sujet des biens et en ce qui concerne la personne, pour d’autres situations et soins qui ne sont pas prévus dans les DMA. Ce n’est « qu’en cas de conflit entre les volontés (exprimées dans un mandat de protection) et celles exprimées dans des directives médicales anticipées, (que) ces dernières prévalent. » (Art. 62 de la Loi concernant les soins de fin de vie). Il est vrai aussi que le mandat de protection doit être homologué pour prendre effet et que les coûts qui y sont reliés, représentent plusieurs démarches, en plus de la préparation du mandat, par exemple : des évaluations médicale et psychosociale, des significations par huissier, timbre judiciaire, recherche, honoraires d’un notaire, etc., ce qui en explique les coûts qui d’ailleurs peuvent varier dépendamment des situations ainsi que de la complexité du dossier.

 

Les champs d’actions de l’Institut de planification des soins

 

 

Nos partenaires

 planificationdessoins-logo-gestion-aureus           planificationdessoins-logo-suzanne-major           planificationdessoins-logo-barreau-quebec Me Danielle Chalifoux 

 Boulet Blaquière, partenaire de l'Institut de planification des soins                 planificationdessoins-logo-slg-conseils                         Habitations Nouvelles Avenues

Nos collaborateurs

  • Dr Alexandre Chouinard (formations et conférences)

  • Mme Nathalie Préfontaine (formations et conférences)

  • Mme Danielle Hudon (formations et conférences)

  • Mme Suzanne Major, CPA (comptabilité et fiscalité)

  • M. Simon Dufour (soutien à la recherche et à l’informatique)

  • Mme Sylvie Lambert (logistique et événements)

Pour en savoir plus sur nos collaborateurs: cliquer ici.